ジュリー・ペチーボア

Julie Petitbois

フランス生まれですが、私の心は日本にあります。現在北海道大学の博士課程で環境科学を専攻しています。私は中学生の頃から日本に深く魅了されていて、最初はマンガから入り、それからアニメ、Jpop、そして日本文化全体に興味を持つようになりました。2012年の夏、本やネットからじゃない本当の日本を知りたくて、日本に2週間旅行をしました。日本への情熱を冷ますために...。
しかし、その旅行は逆効果で、前よりも日本が好きになってしまいました。フランスに帰った時、私は日本へ帰ると心に誓いました。そして今ここにいるのです!

I was born in France but my heart belongs to Japan. I am a doctor student in Hokkaido University, in the Graduate School of Environmental Science. Since junior high school, I am deeply fascinated by Japan. I first read manga, then watched anime, listened to Japanese music and after, I became interested in Japanese culture, which is so different from the French one. In summer 2012, I came in Japan for a two-week trip with a guide. I wanted to know the real Japan, not the one we can see in books or on the internet. And I also wanted to “heal” this passion for Japan. Maybe it was not like I conceived for all these years? But my passion “got worse” and I really felt in love with Japan. When I came back in France, I made myself a promise: go back to Japan, and here I am now!

Noboribetsu, a trip in Nature, Past and Hell!

登別 自然を訪ねる、過去と地獄への旅!

ジュリー・ペチーボア

さんが3月30日に投稿。

Julie Petitbois wrote this on Mar 30

Fourth trip with HUISA (Hokkaido University International Students Association) for me. This time, we went to Shikotsu Lake, the Ainu village Porotokotan and the Hell Valley. The weather was so nice, not like last year when a cold and strong wind froze us and even some snow felt. Another different thing this year: the number of participants. We needed four full buses for the students and their families! It was amazing. And HUISA members made a great job organizing everything, taking care of distributing snacks and drinks to the about two hundred people and making this trip enjoyable.

noboribetsu_01

Early in the morning (maybe too early for a night owl like me who likes sleeping in the morning), we gathered at the South gate of Hokkaido University. When everybody and everything were ready, we left Sapporo direction Noboribetsu. When we approached Shikotsu Lake, we thought that it was the sea. The lake is so big. It is the 8th biggest and 2nd deepest lake of Japan. The mountains surrounding the lake and the cloud-free blue sky gave a beautiful view. If you want, you can rent a pedalo boat with a swan shape or one with a real bicycle (without wheels) on it! I didn’t try but I think it’s really good in summer. There is a lot to do around the lake. There are some museums, including one about birds, or shops selling traditional items or food. It was my second time there and I still enjoy this place.

noboribetsu_02

Another place I’ve already visited before, the Ainu village. The Ainu are an indigenous people of Hokkaido. Even if you didn’t know Ainu before, you have probably already spoken their language as lots of cities names in Hokkaido have Ainu origins (Sapporo, Noboribetsu, Tomakomai and so on). In this village, you make a time-travel in the Ainu Period. You can visit traditional houses, listen to Ainu songs and musics and even try traditional Ainu dance! There is also a museum tracing the history of this people. And, if you are brave enough, why not feeding the two bears of the village? They are waiting for cookies!

noboribetsu_03

Third and last place: the Hell Valley, also called Jigokudani. Everything there is orange/yellow/brown and… smells like rotten eggs because of the sulfur. In the middle, you can see natural hot water but please, don’t use it as onsen (Japanese hot spring), it’s too hot (about 80 °C)! But, if you really want to experience the hot water of Noboribetsu, you can go to one of the numerous onsen of the city, or try foot bath in the hot river not so far from Jigokudani. But you have to be careful, some Oni (Japanese demons) would come to see you! They live in Noboribetsu so be prepared to meet them!

 

Even if it was in the Hell Valley that my fourth trip with HUISA ended, I really enjoyed it. I always spend good time during HUISA trips and hope to join the next one, and the one after, and the one after and… Well, one day I won’t be a Hokudai student anymore so I won’t be able to join that kind of trip but, till then, I will enjoy and make new friends during these events!

noboribetsu_04

 

French version:

 

Noboribetsu: un voyage dans la Nature, le temps et l’Enfer !

 

Quatrième voyage avec HUISA (“Hokkaido University International Students Association” en anglais, soit “l’Association des Etudiants Internationaux de l’Université d’Hokkaido) pour moi. Cette fois, nous sommes allés au Lac Shikotsu, le village Ainu Porotokotan et la Vallée de l’Enfer, et tout cela sous un très beau soleil, pas comme la dernière fois où un vent fort et froid nous a gelés et qu’un peu de neige est tombée. Autre différence par rapport à l’année dernière : le nombre de participants. Nous avons eu besoin de quatre bus pour les étudiants et leurs familles ! C’était impressionnant. Et les membres de HUISA ont fait du très beau travail en organisant tout cela, en distribuant les collations aux quelques deux cents participants et en faisant de ce voyage une belle expérience.

 

Tôt le matin (peut-être trop tôt pour une couche-tard comme moi qui aime dormir le matin), nous nous sommes réunis à l’entrée sud de l’Université d’Hokkaido. Lorsque tout le monde et tout ont été prêts, nous avons quitté Sapporo pour Noboribetsu. Lorsque nous nous sommes approchés du Lac Shikotsu, on aurait cru voir la mer. Le lac est si grand. C’est le 8ème plus grand et le second plus profond lac du Japon. Les montagnes entourant le lac et le ciel bleu vierge de tout nuage offraient une magnifique vue. Si vous voulez, vous pouvez louer un pédalo en forme de cygne ou avec un vrai vélo (sans les roues). Je n’ai pas essayé mais je pense que cela doit être super en été. Il y a beaucoup de choses à faire autour du lac. Quelques musées, dont un sur les oiseaux, ou bien des magasins vendant des objets traditionnels s’y trouvent. C’était ma deuxième fois là-bas et j’apprécie toujours cet endroit.
Autre endroit que j’ai déjà visité auparavant : le village Ainu. Les Ainu sont un peuple indigène d’Hokkaido. Même si vous ne connaissiez pas les Ainu avant, vous avez sûrement déjà parlé leur langage sans le savoir car de nombreuses villes à Hokkaido portent un nom d’origine Ainu (Sapporo, Noboribetsu, Tomakomai etc.). Dans ce village, vous fêtes un voyage dans le temps à la période où les Ainu ont vécu. Vous pouvez visiter des maisons traditionnelles, écouter des musiques et chants Ainu et même vous essayez à une danse traditionnelle ! Il y a aussi un musée retraçant l’histoire de ce peuple. Et, si vous êtes assez courageux, pourquoi ne pas nourrir les deux ours du village ? Ils attendent des petits biscuits !
Troisième et dernier endroit : la Vallée de l’Enfer, appelée aussi Jigokudani. Tout là-bas est dans les tons oranges/jaunes/marrons et… sent l’œuf pourri à cause du souffre. Au milieu, vous pouvez voir une eau chaude naturelle mais, s’il vous plait, ne l’utilisez pas comme onsen (source thermale japonaise), c’est trop chaud (environ 80 °C) ! Mais, si vous voulez expérimenter l’eau chaude de Noboribetsu, vous pouvez vous rendre à l’un des nombreux onsens de la ville, ou même essayer un bain de pieds dans la rivière chaude non loin de Jigokudani. Mais faîtes attention, des Oni (démons japonais) pourraient venir vous voir ! Ils vivent à Noboribetsu donc préparez-vous à en rencontrer !

 

Même si c’était dans la Vallée de l’Enfer que mon quatrième voyage avec HUISA a pris fin, j’ai vraiment adoré. Je passe toujours de bons moments durant ces voyages et j’espère participer au prochain, à celui d’après, à celui d’encore après et… Certes, je ne serai pas éternellement étudiante à l’Université d’Hokkaido mais, jusqu’à la fin de ma scolarité, j’espère en profiter et me faire de nouveaux amis durant ces sorties !

 

 

 

read more>>

Heaven for meat lovers

焼肉好きの楽園

ジュリー・ペチーボア

さんが3月28日に投稿。

Julie Petitbois wrote this on Mar 28

If you don’t eat meat, sorry but this article it’s maybe not for you. I will speak about a restaurant serving lots of meats from beef, lamb, pork, chicken and so on. But if you like meat or you are a curious vegetarian, you may appreciate this article.

yakiniku_01

It’s been a while since I wanted to try this restaurant: Mikakuen (味覚園). It is located just in front of the Hokkaido University main gate and it is always full of people, which is probably a proof of good food. It’s better to make a reservation to be sure to eat there. It was the case for me as I was invited to a farewell party by my friend Yoyo, who is also a new blogger of “Welcome to Sapporo” (please clap your hands to welcome her… or not. It will be strange in front of your computer or smartphone. But please read her articles!).

yakiniku_03

Mikakuen offers different kinds of meats and some can be very expensive as they are of very good quality. So be careful not to burn them when you are cooking them on the small barbecue in the middle of the table because yes, you can do barbecue inside the restaurant, which surprised me a lot the first time I tried as we are not used to that in France. French people make barbecue outside, especially in summer when the weather is nice. It’s probably the case in other countries too. But you can relax, your clothes and hair won’t smell like grilled meat after the party as the smoke is directly aspirated by the hood above the table.

yakiniku_02

During the party, I ate so much meat and nothing else (except a piece of onion but I’m not sure if it made the balance…). I liked all of them, even the “horumon” which are offal. They don’t look appetizing but, cooked and with a sauce, they are delicious. For a long time, I was wondering why “horumon” were called like this. As a scientist, I thought that the name came from “hormone”, the chemical substances we have in our body. But after some research, I finally found out the origin or, I should say, “the origins” as I found two explanations. The first one is a derivation from the Greek word “hormone”, which means “stimulation”. The other one, my favorite, is from the Kansai dialect (a dialect spoken in the Kansai area, so around Osaka and Kyoto). Kansai dialect has the term “horumon” (放る物), which means “discarded goods” because, generally, we don’t really eat the offal but mainly muscles. Ok, that’s all for the scientific and etymologic part of the article!

 

Another think that I tried was a drink: the makkoli, a Korean rice wine. I drank a small quantity, not because it was not good but because I generally don’t drink alcohol. Makkoli looks like milk and is a little sparkling. It’s really good (but don’t drink too much alcohol, it can be dangerous!). Another strange drink I saw what a “Garigari highball” (mix of whiskey and ice pop), with a full ice pop (from the “Gari-gari” Japanese brand) inside to replace the ice cube! It was funny to see and apparently tasty.

 

If you are looking for a good restaurant with lots of meats and drinks, please go to “Mikakuen”. It’s quite famous in Sapporo and deserves its fame. I will probably go back there one day, maybe with you? ~

 

 

French version:

 

Paradis pour les amateurs de viande

 

Si vous ne mangez pas de viande, désolée mais cet article n’est peut-être pas pour vous. Je vais parler d’un restaurant servant beaucoup de viande de bœuf, d’agneau, de porc, de poulet… Mais si vous aimez la viande ou que vous êtes un végétarien curieux, alors vous allez sans doute apprécier cet article.

 

Cela faisait un moment que je souhaitais aller dans ce restaurant : Mikakuen (味覚園). Il est situé juste en face de l’entrée principale de l’Université d’Hokkaido et est toujours bondé, ce qui est sûrement un gage de qualité. C’est mieux de réserver avant pour être sûr d’avoir une table. C’était le cas pour moi car j’étais invitée à une fête de départ par mon amie.

 

Mikakuen offre différents types de viandes et certaines peuvent être très chères car de très bonnes qualités. Donc attention à ne pas les brûler lorsque vous les cuisez sur le petit barbecue au centre de la table car oui, vous pouvez faire un barbecue dans le restaurant, ce qui m’a surprise la première fois que j’ai essayé car nous ne sommes pas habitués à ça en France. Les Français font des barbecues en extérieur, surtout en été lorsque la météo est bonne. C’est aussi probablement le cas dans d’autres pays. Mais vous pouvez vous détendre, vos habits et vos cheveux ne sentiront pas la viande grillée car la fumée est directement aspirée par la hotte au-dessus de la table.

 

Durant la fête, j’ai mangé beaucoup de viande et rien d’autre (à part un morceau d’oignon mais je ne suis pas sûre qu’il fasse le poids dans la balance…). J’ai aimé toutes les viandes, même les « horumon » qui sont des trippes. Elles n’ont pas l’air appétissant mais, une fois cuites et avec de la sauce, c’est délicieux ! Pendant un moment, je me suis demandé pourquoi les « horumon » s’appelaient comme ça en japonais. En tant que scientifique, je pensais que ça venait  de « hormones », les molécules qu’on a dans notre corps. Mais après quelques recherches, j’ai enfin trouvé l’origine, ou plutôt les origines car j’ai trouvé deux explications. La première explication serait que « horumon » dériverait du mot grec « hormone », qui veut dire « stimulation ». La deuxième vient du dialecte du Kansai (région autour d’Osaka et Kyoto). Dans ce dialecte, le terme « horumon » (放る物) signifie « produits jetés » car, généralement, les trippes ne sont pas gardées car nous préférons les muscles. Bon, c’est tout pour la partie scientifique et étymologique de cet article !

 

J’ai goûté aussi une boisson, le makkoli qui est un alcool de riz coréen. Je n’en ai bu qu’une petite quantité, non pas parce que ce n’était pas bon mais parce que je ne bois généralement pas d’alcool. Le makkoli ressemble à du lait et est légèrement pétillant. C’est vraiment très bon (mais attention à ne pas boire trop d’alcool, c’est dangereux pour la santé !). Autre boisson étrange que j’ai vue était un « Gari-gari highball » (mélange entre un sorbet et du whisky), avec un sorbet entier dedans (de la marque japonais « Garigari ») pour remplacer les glaçons ! C’était marrant à voir et apparemment très bon.

 

Si vous êtes à la recherche d’un bon restaurant avec beaucoup de choix de viandes et de boissons, je vous conseille Mikakuen. Il est assez connu à Sapporo et mérite sa réputation. J’y retournerai sûrement un jour, peut-être avec vous ? ~

 

read more>>

Mochi party!

餅つき大会!

ジュリー・ペチーボア

さんが2月29日に投稿。

Julie Petitbois wrote this on Feb 29

In Japan, mochi is very popular. It is a rice cake which can be used in different ways. In France, and maybe in other countries, we called “mochi” what is actually is “daifukumochi”: a mochi stuffed with sweet filling, most commonly sweetened red bean paste called “anko”. It is one way to eat mochi. One of the other way, mochi in a soup, I discovered it during a mochi party at the beginning of February, organized in the Horokita Temple by the association of merchants of Kita 24 district in Sapporo.

mochi_01

As we were in a Buddhist temple, we started the event with a pray done by the chief priest of the temple. It was relaxing. Then, we ate mochi with different kinds of topping. I think the best one was the cheese. Maybe because of my French origins… But I also tried with natto. If you don’t know what it is, you should try… without knowing what it is and without smelling it. Trust me. What? You are curious and would like to know what is natto? Ok. It is a traditional Japanese food made from fermented soybeans. It has a strong smell, taste and a slimy texture. Some Japanese eat it for breakfast. Personally, I can’t but for lunch or dinner, it’s ok. But let’s speak about the main topic of this article: mochi.

mochi_03 mochi_02

After eating some, I observed the men preparing the rice. It is a process which requires strength. The cooked rice is pounded in a wooden mortar with wooden mallets. A person is pounding and another one is turning and wetting the mochi. I tried to pound and… it’s quite difficult because the mochi is sticky. But I guess we have to suffer a little to deserve to eat delicious rice cakes!

 
This event was a good opportunity to meet foreigners and also local people. We shared good times and learned a lot. As I really love Japan, I wanted for a long time to make mochi and here I am! Maybe I would do it again but I will be honest, it is easier to buy mochi at the supermarket or combini than to make them by ourselves! But it was an excellent experience and I recommend you to try!

mochi_04

 

French version :

Faisons des mochi !

 

Au Japon, le mochi est très populaire. C’est un gâteau de riz qui peut être mangé de différentes façons. En France, et sans doute dans d’autres pays, on appelle “mochi” ce qui est en fait des “daifukumochi” : des mochi fourré avec quelque chose de sucré, généralement une pâte de haricots rouges sucrée appelée “anko”. C’est l’une des façons de manger les mochi. Une autre façon est de les mettre dans une soupe et j’ai découvert cette recette durant une fête organisée au début de Février par l’association des marchants du quartier Kita 24, dans le temple bouddhiste Horokita.

 

Comme nous étions dans un temple bouddhiste, nous avons commencé cet évènement par une prière faite par le chef des prêtres du temple. C’était relaxant. Ensuite, nous avons dévoré des mochis avec différentes garnitures. Je pense que la meilleure était celle au fromage fondu, peut-être à cause de mes origines françaises… Mais j’ai aussi essayé le natto. Si vous ne savez pas ce que c’est, vous devez essayer… sans savoir ce que c’est et sans le sentir. Faîtes-moi confiance. Quoi ? Vous êtes curieux et vous voulez vraiment savoir ce qu’est le natto ? D’accord. C’est d’un plat traditionnel japonais fait à partir de soja fermenté. Cela a une odeur et un goût assez forts en plus d’avoir une texture visqueuse. Certains Japonais en mangent au petit-déjeuner. Personnellement, je ne peux pas mais pour le déjeuner ou le diner, ça peut passer. Mais revenons au sujet principal de cet article: les mochi.

 

Après en avoir mangé quelques uns, j’ai observé les hommes qui préparaient le riz. C’est un procédé qui requiert de la force. Le riz cuit est pilé dans un mortier en bois avec des maillets, eux aussi en bois. Une personne est chargé de piler tandis qu’une autre mélange et humidifie la pâte. J’ai essayé de piler et… c’est assez difficile parce que le mochi est collant. Mais je suppose qu’il faut souffrir pour mériter de manger de bons mochi !

 

Cet évènement fut une bonne opportunité de rencontrer des étrangers mais aussi des personnes locales. Nous avons partagé de bons moments et avons beaucoup appris. Comme j’aime beaucoup le Japon, cela faisait un moment que je voulais essayer de faire des mochi et c’est maintenant chose faite ! Peut-être le referai-je mais je vais être honnête, c’est beaucoup plus simple d’acheter des mochi dans un supermarché ou un combini. Mais c’est une très bonne expérience et je vous recommande d’essayer !

read more>>

Do you wanna build a snowman?

雪だるまを作りたくないですか?

ジュリー・ペチーボア

さんが2月29日に投稿。

Julie Petitbois wrote this on Feb 29

The Yuki Matsuri (Snow Festival) held during one week in Sapporo could be the best place for the well-known Disney movie “Frozen”. There are a lot of snow and ice sculptures, and some of them reach the heights of nearly 15 meters! They are created by the citizens of Sapporo together with the Ground Self-Defense Force and attract each year more than two million people, from all over Japan and even across the world. Last year, one of the most attractive sculpture was a tribute to Star Wars as a new episode of the epic space movie was released last December. This year, we could see a tribute to “Attack on Titan”, a manga/anime which is a worldwide success and from which a movie was released last year, and also some sculptures to welcome the much-anticipated bullet train (Shinkansen) which links Honshu and Hokkaido islands since this March.

snowfes_01

Before coming in Sapporo, I’ve dreamed to see the Yuki Matsuri but never thought that I would be able to participate. Each year, the Sapporo Ohdori Lions Club offers to International students to help them to build a small snow sculpture. Last year, I participated to this event and, as I really enjoyed it, I did it again this year! I think it’s an honor to be able to build a sculpture for this famous festival. Like last year, we built something related to Azerbaijan as the president of HUISA (Hokkaido University International Students Association) is from this beautiful country. The sculpture represented the Heydar Aliyev Center and Azeri people with traditional dresses. This center is in Baku, the capital of Azerbaijan, and Azeri people are a Turkic ethnic group living in this country.

snowfes_02

We started the event by introducing ourselves and meeting the high school students who were also participating. Then, we went to Odori Park. The main body of the sculpture was already made by the company so we “only” had to do the details, which was quite difficult. As lots of participants wanted to sculpt and as I already did that last year, I decided to help with mixing snow with water. We have to do this so that the snow is easier to sculpt and stays in place. I was the only girl to do that! But it was nice. I was able to speak with Japanese men who did that too.

snowfes_03

For lunch, the Lion Clubs offered us a delicious bento (a meal contained in a box and very popular in Japan) together with bread, fruits, snacks and so on. It was enough to regain energy for the afternoon because working outside with temperatures below 0 degree is quite difficult but, as we enjoyed what we were doing, it was ok. After several hours, the sculpture was finished and we were proud of it! A week after, about two millions of people would be able to see it. I hope next year I will be able to join again! It’s very fun and it’s a good way to participate to the life of Sapporo and meet its citizens. If you are an international student, please come! If not, at least you can enjoy the sculpture.

snowfes_04

 

French version:

Je voudrais un bonhomme de neige.

 

Le Yuki Matsuri (Festival des Neiges) tenu durant une semaine à Sapporo pourrait être la meilleure place pour le très célèbre film d’animation “La Reine des Neiges” de Disney. Il y a de nombreuses sculptures en neige et en glace, certaines pouvant culminer jusqu’à environ 15 mètres de haut ! Elles sont créées par les habitants de Sapporo et les Forces Japonaises d’Autodéfense, et attirent chaque année plus de deux millions de personnes, venant de tout le Japon et même de l’étranger. L’année dernière, la sculpture ayant sûrement attiré le plus de monde était celle en hommage à Star Wars car un nouvel épisode de cette épique saga intergalactique est sorti en Décembre dernier. Cette année, on a pu voir un hommage à “l’Attaque des Titans”, un manga/anime qui connait un succès mondial et dont une adaptation au cinéma est sortie l’année dernière, mais aussi des sculptures pour souhaiter la bienvenue au très attendu train à grand vitesse (Shinkansen) qui relie les îles d’Honshu et d’Hokkaido depuis cette année.

 

Avant de m’installer à Sapporo, j’ai toujours rêvé de voir le Yuki Matsuri mais je n’ai jamais imaginé pouvoir y participer. Chaque année, le Lions Club de Sapporo Ohdori offre la possibilité aux étudiants étrangers de les aider à construire une petite sculpture. L’année dernière, j’ai eu la chance d’y participer et, comme j’ai vraiment aimé, j’ai décidé de me joindre de nouveau à eux ! Je pense que c’est un honneur de pouvoir construire une sculpture lors de ce très célèbre festival. Comme l’année dernière, nous avons construit quelque chose en rapport avec l’Azerbaïjan car le président de HUISA (“Hokkaido University International Students Association”, l’association des étudiants internationaux de l’University d’Hokkaido) vient de ce beau pays. La sculpture représentait le Centre Heydar Aliyev et des Azéris (groupe ethnique turque) en costumes traditionnels.

 

Nous avons commencé la journée à nous présenter et à faire la connaissance des lycéens de Sapporo qui allaient aussi prêter leur aide. Ensuite, nous nous sommes rendu au Parc Odori. Le corps principal de la sculpture était déjà faite par la compagnie donc nous “n’avions qu’à” réaliser les détails, ce qui était assez compliqué. Comme beaucoup de participants souhaitaient s’occuper de la sculpture et que j’avais déjà participé l’année précédente, j’ai décidé d’aider avec le mélange neige/eau qui est nécessaire pour rendre la neige plus facile à sculpter et pour qu’elle tienne mieux en place. J’étais la seule fille à le faire ! Mais c’était bien. J’ai pu parler avec les Japonais qui faisaient la même chose.

 

Pour le repas de midi, le Lions Club nous a offert un délicieux bento (un repas rapide contenu dans une boîte, extrêmement populaire au Japon et pouvant être l’équivalent de notre sandwich) avec du pain, des fruits, des gâteaux… De quoi refaire le plein d’énergie pour l’après-midi car travailler dehors avec des températures en dessous de 0 degré est assez éprouvant, mais comme nous prenions plaisir à ce que nous faisions, ça allait. Après plusieurs heures, la sculpture avait pris forme et était enfin terminée et nous en étions fiers ! Une semaine plus tard, environ deux millions de personnes allaient pouvoir l’admirer. J’espère vraiment que je pourrais de nouveau participer l’année prochaine. C’est vraiment amusant et cela permet de participer à la vie de Sapporo et de rencontrer ses habitants. Si vous êtes un étudiant international, venez aider ! Si vous ne l’êtes pas, vous pourrez au moins venir apprécier la sculpture.

 

 

read more>>

Time-traveling in Hokkaido

北海道タイムトラベルの旅

ジュリー・ペチーボア

さんが1月12日に投稿。

Julie Petitbois wrote this on Jan 12

Last November, I made a trip to learn more about the history of Hokkaido, from the Jomon and Ainu Periods, to more modern times, in Sapporo, Hakodate and surroundings. I’ve already written an article about Hakodate and it was my third time there so I thought that I wouldn’t learn more about the city, but I was so wrong! Through this article, I will make you travel into the past. Welcome on board of the Hokkaido’s time-traveling machine!

julie_hakodate_01
To my mind, the best place to have an overview of the history of Hokkaido is the Hokkaido Museum, also called “Mori no Charenga”, in Atsubetsu ward, Sapporo. The museum relates the origins of Hokkaido from the time of the mammoths to more modern times, passing by the prehistoric period of Jomon and the history of the Ainu, indigenous people of Hokkaido. Beside the history, you can also learn about Hokkaido’s ecosystem with its bears, Northern red foxes, sea lions and so on. The museum is “foreigner friendly” as it offers an audio guide and also explanations in English. Moreover, you can interact with some items there by touching for instance a real mammoth tooth, or playing an Ainu musical instrument!

 

Then, let’s take the train and go to Hakodate, more precisely to the Hakodate Jomon Culture Center. I really enjoyed visiting this museum. The soft light gives a mysterious atmosphere to the place and it is like we are going to discover a secret, which is actually the case. At the end of the museum, in a dark room, with only lights to illuminate it, the Dogu is there, well-preserved in a display cabinet. The Dogu is the master piece of the museum and a national treasure of Japan. It represents a woman and was made at the Jomon Period. It is so old and we are able to see it. It is so amazing! There are also lots of well-preserved items in the museum and there are beautifully displayed with drawings to explain how people lived during these prehistoric times.

julie_hakodate_02

Close the the Jomon Culture Center, strange houses face the sea. Who is living there? Nowadays, nobody, but more than one thousand years ago, Jomon people raised animals there, grew vegetables, made potteries. They were also the inventors of the first temperature controller. What?! You don’t believe that? Well, in winter, their houses dug in the ground kept the warmness of the fire and, in hot summer, the air was really comfortable inside. It looks nice to live in these houses, doesn’t it? And you can have a beautiful view on the sea. Would you like to move there?

julie_hakodate_04

In Hakodate, I visited lots of places such as the governmental hall of the Republic of Ezo, in the middle of Goryōkaku Park, which is a huge traditional Japanese building where governors took a lot of important decisions. As for the Hokkaido Museum, there is an audio guide in English, which is very helpful if you don’t understand Japanese and you want to discover the secrets of the place. Maybe if you listen carefully you could hear the whispers of a diplomatic decision from the old times? If not, well, at least you can enjoy walking barefoot or with socks on the tatamis, visiting the different rooms and learning the history of the place and Hakodate.

julie_hakodate_05
Another place I really liked: Esashi town. For me, it is the Gion of Hokkaido (Gion is a famous district in Kyoto with traditional architecture). A long street there was restored to offer a time-travel. No electric lines, wooden road signs, roads made with stones, wooden houses. Esashi is a small town which has a lot to offer. People there are very friendly and eager to share the history of their town. I really felt in love with this place and I really recommend you to go there, maybe during the famous festival held in August where you can see dance performances in a cheerful atmosphere. But, if you can’t go there in August, at least you can watch a video of this festival in the cultural center of Esashi. There, you can also see a song performance and even try to carry the tune but I have to warn you, it’s very difficult because you have to stop breathing for a long time and use a special music sheet that you won’t see anywhere else.

julie_hakodate_06

I hope I gave you the will to learn more about the History of Hokkaido and visit these places. Before this trip, I thought that it would be a little boring but I was wrong. I really enjoyed this time-travel and felt more in love with Hokkaido, especially with Esashi town. It is quite far from Sapporo but it is really worth it. With this trip, you can learn a lot and also meet friendly local people, giving you a wonderful experience.

 

 
French version:

Voyage dans le temps à Hokkaido

 

Novembre dernier, j’ai fait un voyage pour en apprendre plus sur l’histoire d’Hokkaido, des ères Jomon et Ainu jusqu’à des temps plus récents, à Sapporo, à Hakodate et ses alentours. J’ai déjà écrit un article sur Hakodate et c’était ma troisième visite de la ville donc je pensais que je n’allais pas en apprendre d’avantage, mais j’avais totalement faux ! A travers cet article, je vais vous faire voyager dans le temps. Bienvenue à bord de la machine à remonter le temps d’Hokkaido !

 

Selon moi, le meilleur endroit pour avoir une vue d’ensemble sur l’histoire d’Hokkaido est le Musée d’Hokkaido, aussi appelé “Mori no Charenga”, dans la quartier d’Atsubetsu, à Sapporo. Le musée relate les origines d’Hokkaido, du temps des mammouths jusqu’à des temps plus modernes, en passant par la période préhistorique des Jomon et l’histoire des Ainu, ce peuple indigène d’Hokkaido. A part son histoire, vous pouvez aussi obtenir des informations sur l’écosystème d’Hokkaido avec ses ours, ses renards du Nord, ses otaries etc. Le musée est “étranger-friendly”, c’est-à-dire qu’il accueille sans problème les étrangers avec un guide audio et des explications en anglais. De plus, vous pouvez interagir avec certains objets comme une véritable dent de mammouth ou bien jouer d’un instrument de musique Ainu !

 

Ensuite, prenons le train pour Hakodate, ou plus précisément le Centre Culturel Jomon d’Hakodate. J’ai vraiment aimé visiter ce musée. La faible luminosité donne une atmosphère mystérieuse et c’est vraiment comme si on était sur le point de découvrir un secret, ce qui est en fait le cas ! Vers la sortie du musée, dans une pièce sombre, avec seulement des lumières l’éclairant, vous pouvez voir le Dogu, très bien préservé dans sa vitrine de verre. Le Dogu est la pièce maitresse du musée et un trésor national japonais. Il représente une femme et a été fait lors de l’Ere Jomon. Il est si vieux et pourtant nous pouvons encore l’admirer. C’est impressionnant ! Il y a aussi d’autres objets bien conservés dans le musée et ils sont magnifiquement exposés avec des peintures pour expliquer comment les gens vivaient durant ces temps préhistoriques.
Près du Centre Culturel Jomon d’Hakodate, d’étranges maisons font face à la mer. Qui vit là ? De nos jours, personne, mais plus de mille ans plus tôt, le peuple Jomon y élevait des animaux, cultivait des légumes, faisait des poteries. Il était aussi l’inventeur du premier régulateur de température. Quoi ?! Vous ne me croyez pas ? En hiver, les maisons creusées dans le sol gardent la chaleur du feu et, durant l’été chaud, l’air reste respirable à l’intérieur. Cela semble agréable de vivre dans ces maisons, non ? Et vous avez une très belle vue sur la mer. Voulez-vous vous y installer ?

 

A Hakodate, j’ai aussi visité de nombreux endroits, comme le bâtiment gouvernemental de la République d’Ezo, dans le Parc de Goryōkaku. C’est un immense bâtiment dans la pure tradition japonaise où les gouverneurs prenaient d’importantes décisions. Comme pour le Musée d’Hokkaido, il y a un guide audio en anglais, ce qui est vraiment utile si vous ne comprenez pas le japonais et que vous souhaitez tout de même découvrir les secrets de cet endroit. Peut-être que si vous tendez l’oreille vous pourrez entendre les murmures d’une décision diplomatique prise dans un temps ancien ? Si ce n’est pas le cas, au moins vous pouvez apprécier de déambuler dans ce lieu pieds nus ou en chaussettes sur les tatamis, visiter les différentes salles et apprendre l’histoire de ce bâtiment ainsi que d’Hakodate.
Un autre endroit que j’ai aussi beaucoup aimé : la ville d’Esashi. Pour moi, il s’agit du Gion d’Hokkaido (Gion est un quartier de Kyoto avec une architecture traditionnelle). Une longue rue a été restaurée pour offrir un voyage dans le temps. Pas de fils électriques, des panneaux de signalisation en bois, des rues en pierre, des maisons en bois. Esashi est une petite ville qui a beaucoup à offrir. Les gens y sont accueillants et désireux de partager l’histoire de leur ville. Je suis vraiment tombée amoureuse de cet endroit et je vous recommande fortement d’y aller, peut-être durant le célèbre festival de la ville qui a lieu en août et où vous pouvez voir des performances artistiques dans une atmosphère joyeuse. Mais, si vous ne pouvez pas vous y rendre en août, vous pouvez toujours regarder ce festival en vidéo dans le centre culturel d’Esashi. Là-bas, vous pouvez aussi assister à un petit concert de chants traditionnels et même tenter de pousser la chansonnette. Mais je vous avertie, c’est très difficile car vous devez avoir une bonne apnée et utiliser une partition spéciale que vous ne verrez que là-bas.

 

J’espère vous avoir donné envie d’en apprendre plus sur l’histoire d’Hokkaido et de visiter ces endroits. Avant ce voyage, je pensais que cela serait un peu ennuyeux mais j’avais faux. J’ai vraiment apprécié ce voyage dans le temps et je suis tombée encore plus amoureuse d’Hokkaido et surtout de la ville d’Esashi. C’est un peu loin de Sapporo mais cela vaut vraiment le coup d’y aller. Avec ce voyage, vous pouvez apprendre beaucoup ainsi que rencontrer les personnes locales qui sont vraiment amicales, vous offrant une très belle expérience.

read more>>

Let's walk for Nepal!

ネパールのために歩こう!

ジュリー・ペチーボア

さんが12月10日に投稿。

Julie Petitbois wrote this on Dec 10

At the beginning of October, an event was held by Dilip BK Sunar and Yasunaga Ogita. Dilip is a Nepalese who lives in Japan and had walked about 917 km for Nepal massive earthquake disaster. Ogita-san is the first Japanese who made an expedition in the North Pole alone. Together, these two adventurers and great walkers organized a long walk (but probably small for them) from Hokkaido Shrine to Otaru Canal. About 33 km separate the two places. Yes, it seems a lot and maybe painful for the feet but it’s nothing compared to what Nepal people lived during the big earthquake last April and still living now. Each step was considered as 0.05 yens for Nepal. So, at the end, each participant gave about 2 000 yens. It was a great experience to help people but also for ourselves. We are not used to walk such long distances nowadays. It’s easier and faster to use the car or train. During this event, we rediscovered the pleasure to walk and to admire the scenery as we had time to do so. So, through this article, I will share our experience and maybe give you the will to do the same! Let’s start!

walk_for_nepal_01

After a pray at the Hokkaido Shrine, we started walking. The weather was amazingly nice, especially after the typhoon which passed through Hokkaido two days before and gave us heavy rain and very strong wind. We were very lucky as the weather the day after was not so good. Leaving the trees and squirrels of the Hokkaido Shrine,  we walked next to the road and stopped at some conbini (convenience stores) for a break and buy some food or drinks to get some energy. For me, walking is better than the car or train as we have time to observe Nature with its beautiful landscapes and also met nice people. And I can also do one of my favorite hobbies: taking pictures! It also gave us the opportunity to chat together and get acquainted as most of us didn’t know the others. It was a good chance for me to practice my basic Japanese even if lots of participants could speak English. But I live in Japan so I have to speak Japanese in that kind of events! And one of my favorite participants, a 75 years-old lady, could speak only her mother tongue so I didn’t have no choice that speaking the same language to her. I was amazed by her. She walked sometimes faster than me and was always smiling! I’m so happy to have shared these moments with her. She’s my model. I would like to be like her at her age!

walk_for_nepal_02

For lunch, we stopped at Surya, a Nepalese restaurant. The view on the sea was so beautiful! And the food… so delicious! Most of us ordered a huge nan. People smiled when I asked for level 1 of spice. Yes, it’s for child, and then? My French mouth is not accustomed to spicy food and even level 1 was hot for me, I’m ashamed to admit it. But I still enjoyed my lunch! I love that kind of food.

walk_for_nepal_03

 

After lunch, we left our dear grandma as she chose to go back home, and we took the train at Zenibako station. Yes, it’s cheating but it was only for one station! And taking the train in Hokkaido is a great experience as some of the lines go along the shore. When arrived at Asari station, we left the train and continued our trip. The sun was setting while we were still walking, offering beautiful colors around us. Arriving at the entry of Otaru, we stopped in a shop selling mochi, delicious Japanese rice cakes, ate some and drank some free hot tea to refill our energy and then continue to walk to Otaru Canal.

walk_for_nepal_04

When we arrived there, I was happy but also surprised. So that’s all? I didn’t imagine that it would be so easy and that the time would have gone by so fast! But it’s what happened when we have fun! And to celebrate that, we went to one of the most famous restaurant in Otaru: Otaru Beer restaurant. It’s a German style restaurant which serves the famous beer of the city, brewed using traditional German techniques. That’s how our journey to the West ended: eating German food and enjoying the local beer. This all day was a very nice experience and I hope I gave you the will to do the same. Next time, let’s go together, ok?

walk_for_nepal_05

 

 

 

French version:

 

Marchons pour le Népal !

 

Au début du mois d’octobre, un évènement a été organisé par Dilip BK Sunar et Yasunaga Ogita. Dilip est un Népalais vivant au Japon et ayant déjà marché sur environ 917 km pour le grand tremblement de terre survenu dans son pays natal. Yasugana Ogita est le premier Japonais ayant entrepris une expédition au Pôle Nord seul. Ensemble, ces deux explorateurs et grands marcheurs ont organisé une longue marche (mais sans doute courte pour eux) du Sanctuaire shinto d’Hokkaido jusqu’au Canal d’Otaru, environ 33 km séparant ces deux endroits. Oui, cela semble beaucoup et peut-être douloureux pour les pieds mais ce n’est rien comparé à ce qu’ont vécu les Népalais victimes du grand séisme et qui sont encore en difficulté. Chacun de nos pas rapportait 0.05 yens pour le Népal. Ainsi, à l’arrivée, chaque participant faisait don d’environ 2000 yens (environ 15 euros). Ce fut une belle expérience pour aider ces victimes mais aussi pour nous-mêmes. Nous ne sommes plus habitués à marcher autant de nos jours. Il est plus facile et plus rapide de prendre la voiture ou le train. Durant cette marche, nous avons redécouvert le plaisir de la marche et d’admirer le paysage puisque nous en avions le temps. Ainsi, à travers cet article, je vais partager avec vous notre expérience et peut-être vous donner envie d’en faire autant ! Commençons !

 

Après une prière au Sanctuaire d’Hokkaido, nous avons commencé notre marche. La météo était incroyablement belle, surtout après qu’un typhon soit passé deux jours plus tôt dans l’Est d’Hokkaido et nous ait offert de grosses pluies et des vents forts. Nous avons été chanceux car le jour suivant, il a plu. Laissant les arbres et les écureuils du parc du sanctuaire, nous avons marché le long de la route, nous arrêtant parfois dans un combini (supérette japonaise souvent ouverte 24/7j) pour faire une pause et acheter à boire et à manger pour retrouver des forces. Pour moi, la marche est mieux que la voiture ou le train car nous avons le temps d’admirer la Nature avec ses beaux paysages ainsi que de rencontrer des personnes très sympathiques. De plus, je peux m’adonner à l’une de mes passions : prendre des photos ! Cela nous a aussi permis de discuter entre nous et de faire connaissance car la plupart des personnes du groupe ne se connaissait pas. Cela a été une chance pour moi de parler avec mon japonais basique même si beaucoup de participants pouvaient parler anglais. Mais je vis au Japon donc je me dois de parler japonais durant ce genre d’évènements ! Et l’une de mes participantes préférées, une dame de 75 ans, ne pouvait pas parler d’autre langue que sa langue maternelle donc je n’avais pas d’autre choix que de parler japonais. J’ai été impressionnée par elle. Elle marchait parfois plus vite que moi et avait toujours le sourire. J’ai été heureuse de pouvoir partager tous ces moments avec elle. Elle est mon modèle. J’aimerai être comme elle à son âge !

 

Pour le déjeuner, nous nous sommes arrêtés à Surya, un restaurant népalais. La vue sur la mer était vraiment belle ! Et les plats… délicieux ! La plupart des participants ont opté pour un énorme nan, et beaucoup ont souri lorsque j’ai demandé pour un plat le moins épicé possible. Oui, c’est pour les enfants, et alors ? Ma bouche française n’est pas habituée à la nourriture épicée et même ma commande l’était trop pour moi, j’ai honte de l’admettre. Mais j’ai tout de même apprécié mon repas. J’adore ce genre de cuisine.

 

Après ce déjeuner, nous avons dû laisser notre chère grand-mère qui décida de rentrer chez elle, et nous avons pris le train à la station Zenibako. Oui, c’est de la triche mais c’était juste pour une station ! Et prendre le train à Hokkaido est une belle expérience car certaines lignes longent la côte. En arrivant à la station Asari, nous sommes descendu du train et nous avons continué notre périple. Le soleil se couchait au fur et à mesure de nos pas, nous offrant de magnifiques couleurs autour de nous. En arrivant à l’entrée d’Otaru, nous nous sommes arrêtés dans une boutique vendant des mochis, de délicieux gâteaux de riz japonais, en avons mangé quelques uns accompagnés d’un thé vert gratuit pour reprendre des forces, puis nous avons continué à marcher jusqu’au Canal d’Otaru.

 

En arrivant à destination, j’ai été très heureuse mais aussi surprise. C’est tout ? Je n’avais pas imaginé que cela soit aussi facile et que le temps passerait aussi vite. Mais c’est ce qui arrive lorsqu’on s’amuse, non ? Et, pour célébrer notre arrivée, nous sommes allés dans l’un des plus célèbres restaurants d’Otaru : Otaru Beer. C’est un restaurant au style germanique qui sert la célèbre bière de la ville, réalisée selon des techniques traditionnelles allemandes. C’est donc ainsi que s’est terminé notre périple vers l’Ouest : en mangeant des plats allemands et en buvant la bière locale. Cette journée a été une très belle expérience et j’espère vous avoir donné l’envie d’en faire de même. La prochaine fois, allons-y ensemble, d’accord ?

read more>>

The dancing squid admiring one of the best night view of Japan.

踊るイカが見とれる最高な日本の景色

ジュリー・ペチーボア

さんが10月26日に投稿。

Julie Petitbois wrote this on Oct 26

Hakodate is very different from the other cities in Hokkaido or even in Japan.

 

While walking around Mont Hakodate, you can see three different churches one next to another: a Russian Orthodox, a Roman Catholic and an Episcopal one.  Even if you don’t know anything in churches architecture and religion, you can enjoy these three different and beautiful styles. My favorite is the Roman Catholic one. Maybe because we can see lots of them in France. I recommend to see these churches by night while they are illuminated.

 

Another famous place in Hakodate is Goryōkaku,the star fort designed by Takeda Ayasaburo in 1855 and based on the work of the French architect the Marquis de Vauban who built different buildings for Louis XIV. I was surprised, glad and proud that the idea was from a French man, especially Vauban who made a fortress near my hometown, in Concarneau, in France! It makes me realize that Hokkaido has a lot in common with my region in France, Brittany (production of milk and potatoes, seafood, and this kind of fortress).

 

Though the museum of Goryōkaku which has explanations both in Japanese and English, you can learn many facts about this place. For instance, why this strange shape? Because it allows a large number of guns emplacements and reduces the number of blind spots. As a result, it is difficult for enemies to attack the fortress without being detected. The museum is on the top of the tower which overhangs the fortress so you can have a beautiful view of Goryōkaku and take souvenir pictures.

Goryokaku_2

I guess there’s no best season to visit this place. In spring, the place is full of pink cherry blossoms, in autumn it is red thanks to the leaves of the trees, and in winter it is covered by a beautiful and magic white snow carpet. It would be a good idea to visit Goryōkaku every season to discover the place in multiple ways.
Hakodate morning market (“Hakodate Asaichi” in Japanese), near the station, is also a must-see place. Every morning, from 5 am to noon, you can buy local products such as vegetables, fruits or seafood. Speaking about seafood, do you know one of the famous specialties from Hakodate? Ask for a “odori-don” in a restaurant and you will see a “dancing squid”, dancing because, when pouring soy sauce on it, the dead squid is back to life and starts moving its tentacles, dancing on a bed of rice. There’s no black magic into this phenomenon, only science. The salt containing in the soy sauce activates the cells of the muscles and stimulates them, which makes the tentacles moving. I’m not sure if I want to try this one day. I like testing new and crazy things, but this one is maybe to crazy for me! But if you dare to try, please give me your comment!

 

And, to finish this article on a magic and romantic touch (yes, it’s my French side), let’s talk about the best and most famous place of Hakodate, one of the best night views of Hokkaido and even Japan: the city view from Mont Hakodate. Use the ropeway or a taxi to reach the top of Mont Hakodate and enjoy the fascinating night panorama of the illuminated glow of the city. The first time I went to Hakodate, I wasn’t able to see it as the weather was very cloudy but, the second time, I was luckier. In good weather conditions, this place is quite crowded but you can still enjoy the view. And, apart Hakodate, you can also see Aomori, the Northern part of the Honshu island.

Hakodate_2

Hakodate-by-night_2

In the night, lights can also be seen on the sea. What are they? Aliens also visiting Hakodate? Not at all. They are actually boats fishing squid for the “odori-don” you are about to order!

 

There is more to say about Hakodate but I let you the pleasure to discover it. The dancing squid is reading for its show and waiting for you!

 

 

 

 

French

 

Le calamar dansant et admirant l’une des plus belles vues de nuit du Japon.

 

Hakodate est très différente des autres villes d’Hokkaido ou même du Japon. En vous promenant autour du Mont Hakodate, vous pouvez voir trois différentes églises voisines l’une de l’autre: une orthodoxe russe, une catholique romaine et une épiscopale. Même si vous n’y connaissez rien en architecture d’églises ou en religion, vous pouvez apprécier ces trois différents et très beaux styles. Ma préférée est l’église catholique romaine, peut-être parce qu’on peut en voir beaucoup en France. Je conseille d’aller voir ces trois églises de nuit alors qu’elles sont illuminées.
Un autre endroit connu d’Hakodate est Goryōkaku, le fort en forme d’étoile conçu par Takeda Ayasaburo en 1855 and basé sur le travail de l’architecte français, le Marquis de Vauban, qui a conçu différentes constructions pour Louis XIV. J’étais étonnée, heureuse et aussi fière que l’idée vienne d’un Français, surtout Vauban qui a construit une forteresse près de ma ville natale, à Concarneau, en France. Cela m’a fait réaliser qu’Hokkaido a beaucoup en commun avec ma région française, la Bretagne (production de lait et pommes de terre, produits de la mer, et ce genre de forteresse).

 

A travers le musée de Goryōkaku qui contient des explications en japonais ainsi qu’en anglais, vous pouvez apprendre beaucoup de choses sur l’endroit. Par exemple, pourquoi cette étrange forme ? Parce qu’elle permet un large nombre d’emplacements pour les armes et réduit le nombre d’angles morts. Ainsi, il est très difficile pour les ennemis d’attacher la forteresse sans se faire détecter. Le musée se trouve en haut de la tour surplombant la forteresse, vous permettant d’avoir une belle vue sur Goryōkaku et prendre des photos souvenirs. Je pense qu’il n’y a pas de saisons meilleures qu’une autre pour visiter cet endroit. Au printemps, le lieu est rempli de fleurs de cerisiers roses, en automne les feuilles prennent une teinte rouge/orangée, en hiver l’endroit est recouvert d’un beau tapis de neige blanche. Cela serait une bonne idée de visiter Goryōkaku à chaque saison pour pouvoir le découvrir de différentes façons.

 

Le marché matinal d’Hakodate (“Hakodate Asaichi” en japonais), près de la station, est aussi un lieu à visiter. Tous les matins, de cinq heures à midi, vous pouvez acheter des produits régionaux tels que des légumes, des fruits ou des produits de la mer. D’ailleurs, en parlant de produits de la mer, savez-vous quelle est la spécialité culinaire d’Hakodate? Demandez un “odori-don” dans un restaurant et vous verrez un “calamar dansant”, dansant car, lorsque vous versez de la sauce soja dessus, le calamar mort revient à la vie et commence à bouger ses tentacules, dansant sur un lit de riz. Il n’y a pas de magie noire dans ce phénomène, juste de la science. Le sel contenu dans la sauce soja active les cellules des muscles et les stimule, ce qui permet aux tentacules de bouger. Je ne suis pas sûre de vouloir commander ce plat un jour. J’aime tester de nouvelles choses étranges mais celle-ci est peut-être un peu trop étrange pour moi ! Mais si vous osez, donnez-moi vos impressions !
Et, pour finir cet article sur une touche de magie et de romantisme (oui, c’est mon côté français), parlons de l’endroit le plus célèbre d’Hakodate, l’une des plus belles vues de nuit d’Hokkaido et même du Japon : la vue de la ville du sommet du Mont Hakodate. Utilisez le téléphérique ou le taxi pour parvenir au sommet de ce mont et appréciez le magnifique panorama nocturne de la ville illuminée. La première fois que je suis allée à Hakodate, je n’ai pas pu voir ce spectacle à cause de mauvaises conditions météorologiques mais, la deuxième fois, j’ai été plus chanceuse. Lorsque le temps est clair, cet endroit est assez fréquenté mais vous pouvez tout de même profiter de la vue. Et, à part Hakodate, vous pouvez aussi voir Aomori, la partie Nord de l’île d’Honshu. De nuit, des lumières peuvent aussi être vues sur la mer. Qu’est-ce que c’est ? Des extraterrestres venant aussi visiter Hakodate ? Non, pas du tout. Ce sont en fait des bateaux pêchant des calamars pour le “odori-don” que vous allez commander !

 

Il y a encore beaucoup à dire sur Hakodate mais je vous laisse le plaisir de la découvrir. Le calamar dansant est prêt pour son spectacle et n’attend que vous !

read more>>

Want to see rainbows of flowers? So let’s go to Furano!

虹のお花畑を見たいなら、富良野に行きましょう!

ジュリー・ペチーボア

さんが9月15日に投稿。

Julie Petitbois wrote this on Sep 15

Do you want to see rainbows made of flowers? Well, Furano is the best place for this. On August 8th, I went there for my second time in summer thanks to HUISA (Hokkaido University International Students Association, who organizes every summers and autumns a one-day trip) and still love this place. Bright colors, fragrance of flowers, dragonflies flying in the blue sky, bees foraging the beautiful flowers. We can stay there admiring Nature, about three hours far from the high buildings and traffic noise of Sapporo city.

furano_2

When we arrived at Tomita farm, first we did our traditional group picture. Ok, everyone’s ready? Say “cheese”…  Ok, picture taken! Now everyone can enjoy the place. For my part, I went with my friend Zetry from Indonesia to the distillery workshop to know how lavender oil and lavender water are extracted, and to the perfume workshop to see how perfumes and soaps are made. It was very interesting for scientist students. And, in the back of the perfume workshop, there is the observation deck from which you can admire the fields with the Tokachi Mountains as a background.

furano_3

Well, let’s stop admiring flowers for a while, it’s lunch time! There is a good curry restaurant you can try but I decided to eat only food containing lavender or melon. Yes, melon because the farm next to the Tomita one produces and sells excellent melons. First, I tried the melon pan. My… So delicious! It contains a melon cream in the inside and it really tastes melon! Then, I tried a white rolled cake with lavender cream. I thought it would have taste lavender but no, it was just a normal – but beautiful – rolled cake with violet cream. Ok, at least I tried. Then, I wanted to eat ice-cream. But which one? With lavender or melon flavor? If you’re like me and can’t choose, take the lavender/melon mix ice-cream! You will have an artistic bicolor ice-cream. First, try the lavender part and then the melon part as this one may cover the lavender with its strong flavor.

furano_5

After two hours in these farms, let’s go to “Shikisai no Oka” (“Hill of Colors” in Japanese) with the HUISA team!  For this farm, I decided to stay again with Zetry plus a group of friends (including Ng Yin Cin who also writes articles for this blog). We had a lot of fun together taking pictures and selfies with the rainbows of flowers. We also learnt how these rainbows are made thanks to a man working there but let’s keep the magic, I won’t reveal the secret; you will have to discover it by yourselves while going there.

furano_4

After walking among flowers, we met the alpacas present in this farm. These fluffy animals are so kawaii (“cute” in Japanese). But be careful, they try to eat everything they can reach. One of them especially liked Cin’s hair!

furano_1

To conclude about this wonderful day full of new experiences, I would recommend you to go to Furano in summer. Lavender was almost faded when I went there but I enjoyed the other flowers and the activities proposed there. Thanks HUISA for organizing this trip and keep me one place for next year!

 

 

French

 

Vous voulez voir des arcs-en-ciel de fleurs ? Direction Furano !

Souhaitez-vous voir des arcs-en-ciel de fleurs ? Si oui, alors Furano est l’endroit pour cela. Le 8 août, je m’y suis rendue pour la deuxième fois en été grâce à HUISA (Hokkaido University International Students Association, qui organise une sortie d’une journée tous les étés et automnes) et j’aime toujours autant cet endroit. Couleurs lumineuses, parfums de fleurs, libellules volant dans le ciel bleu, abeilles butinant les belles fleurs… On peut rester là-bas à admirer la Nature, à environ 3 heures de routes des grands immeubles et du trafic urbain de Sapporo.

 

Lorsque nous arrivâmes à la ferme Tomita, nous fîmes premièrement notre traditionnelle photo de groupe. Ok, tout le monde est prêt ? Dîtes « cheese »… Ok, photo prise ! Maintenant chacun peut profiter de l’endroit. Pour ma part, je suis allée avec mon amie indonésienne Zetry à la distillerie pour savoir comment l’huile essentielle et l’eau de lavande étaient extraites, puis à la production de parfums et de savons pour voir comment ceux-ci étaient fabriqués. C’était très intéressant pour des étudiants scientifiques. Et, à l’arrière de la fabrique de parfums, il y a un observatoire d’où vous pouvez admirer les champs avec les montagnes de Tokachi en arrière-plan.

 

Bon, arrêtons-nous un moment de contempler les fleurs, il est midi ! I y a un bon restaurant servant du curry que vous pouvez essayer mais j’ai décidé de ne manger que des choses contenant de la lavande ou du melon. Oui, du melon car la ferme voisine en produit et en vend. En premier, j’ai goûté la brioche au melon. Ouah, tellement bonne ! Elle contient une onctueuse crème en son cœur et celle-ci a vraiment le goût du melon ! Ensuite, j’ai essayé un gâteau contenant de la crème à la lavande. Je pensais qu’il aurait vraiment le goût de la lavande mais non, ce n’était qu’un simple (mais très beau) gâteau avec de la crème violette. Ok, au moins j’aurais essayé. Après, j’ai eu envie d’une glace. Mais laquelle ? Goût lavande ou goût melon ? Si vous êtes comme moi et que vous ne parvenez pas à vous décider, prenez le mélange lavande/melon ! Vous aurez une glace artistique bicolore. En premier, goûtez la partie à la lavande puis celle au melon car celle-ci risque de couvrir avec son goût intense celui de la lavande.

 

Après deux heures dans ces fermes, partons à « Shikisai no Oka » (« la Colline aux Couleurs » en japonais) avec l’équipe de HUISA ! Pour visiter cette ferme, j’ai décidé de rester avec Zetry ainsi qu’avec un groupe d’amis (incluant Ng Yin Cin qui écrit aussi des articles pour ce blog). Nous nous sommes bien amusés ensemble à prendre des photos et des selfies avec les arcs-en-ciel de fleurs. Nous avons également appris comment ces arcs-en-ciel étaient réalisés grâce à un homme travaillant là-bas. Mais gardons la magie des lieux, je ne révélerai pas le secret, vous aurez à le découvrir par vous-mêmes lorsque vous vous y rendrez.

 

Après avoir marché parmi les fleurs, nous avons rendu visite aux alpagas présents dans cette ferme. Ces animaux pelucheux sont trop kawaii (« mignon » en japonais). Mais faîtes attention, ils essayent de manger tout ce qui est à leur portée. L’un d’eux a particulièrement aimé les cheveux de Cin ! Après cette rencontre amusante avec les alpagas, certains d’entre nous ont voulu expérimenter le quad. Mon ami indien Deepu et moi avons conduit le même quad, alternant la conduite au milieu du circuit. C’était vraiment amusant ! Si vous n’avez jamais conduit de quad, faîtes-le là-bas, c’est très facile !

 

Pour conclure sur cette magnifique journée pleine de nouvelles expériences, je vous recommanderai de vous rendre à Furano en été. Les lavandes étaient déjà un peu fanées lorsque je m’y suis rendue mais j’ai pu tout de même profiter des autres fleurs et des activités proposées. Merci HUISA pour cette sortie et gardez-moi une place pour l’année prochaine !

read more>>